Les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM)

Les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM)

Les GEM sont des associations d’usagers qui ont pour objectif premier la création de liens sociaux et la lutte contre l’isolement des personnes affectées par un handicap psychique lié en général à une maladie psychiatrique mais pas seulement : certains GEM se sont créés pour accueillir des personnes souffrant de lésions cérébrales.

Les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) ne sont pas des structures sanitaires comme les hôpitaux de jour et les Centre Médico Psychologiques (CMP). On ne va pas y trouver de médecins psychiatres, infirmières ou travailleurs sociaux.

Pour créer le lien entre les usagers, ces associations vont répondre à un cahier des charges précis et bénéficier de subventions de l’Etat. Ils auront des locaux où les usagers pourront se rencontrer, échanger leurs problèmes et leurs expériences, s’entraider, s’inscrire et participer à des activités et des projets communs. Ces subventions pourront servir également à payer des animateurs professionnels salariés qui auront pour mission de soutenir les adhérents dans l’animation, la cohésion et l’organisation du groupe. Suivant des chiffres de 2011, un GEM sur deux bénéficie d’au moins deux animateurs. Des bénévoles interviennent aussi dans cette tâche et au niveau national, chaque GEM dispose en moyenne de l’appui de 6 bénévoles. Les GEM sont donc des associations de personnes affectées par un handicap psychique, mais ils ne vont pas s’y trouver seuls : les familles et les proches de ces derniers fréquentent également régulièrement ces structures.

Dans les GEM, on peut être accueilli pendant la semaine dans les heures ouvrables. Elles sont en moyenne ouvertes 33 heures par semaine et 36 % des usagers fréquentent plusieurs fois par semaine le groupe. La quasi-totalité des GEM offre à leurs adhérents et/ou usagers des activités régulières ou au moins ponctuelles le week-end.

Les activités développées seront variées et correspondront aux besoins, demandes et compétences des adhérents. Les usagers seront bénéficiaires des activités, mais ils vont également pouvoir participer à l’organisation de la structure et intervenir dans les décisions. Les adhérents eux-mêmes peuvent être amenés à diriger et animer des activités, l’objectif final étant de maintenir ou développer la capacité d’autonomie de chacun par l’échange avec les autres membres du groupe, l’entraide mutuelle et la réalisation de projets.

Les GEM se sont beaucoup développés ces dernières années suite à la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui en a établi les principes. Selon les mêmes chiffres de 2011 de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA), il existerait plus de 370 GEM répartis un peu partout en France pour un nombre de plus de 22 500 usagers.

En tant que structure permettant aux personnes affectées d’un handicap psychique de rester intégrées dans la société, tous les GEM sont parrainés par d’autres structures, en particulier d’autres associations qui doivent les aider dans leur fonctionnement. Ils vont également avoir des contrats de partenariat avec les communes (qui prêtent souvent les locaux) et les autres acteurs du monde associatif, de l’accompagnement ou de l’insertion sociale et professionnelle qui peuvent les soutenir eux et surtout leurs adhérents dans leurs projets de vie et d’intégration dans la communauté sociale.