La Musicothérapie

Origines et définition de la musicothérapie

Le terme de musicothérapie apparaît dans les années 1970 en France, mais l’idée de soigner par la musique est présente depuis des siècles et sur bien des continents. Les références à cette notion sont nombreuses et variées, que ce soit dans la mythologie avec le chant séducteur des sirènes dans le mythe d’Orphée, dans la Bible où David essaie d’apaiser Saül avec le son de sa lyre, ou encore avec cette expression vieille de plusieurs millénaires « la musique adoucit les mœurs » (attribuée à Platon pour les uns, à Aristote pour les autres). Cette idée universelle a traversé les temps et a abouti aujourd’hui au métier de musicothérapeute.

Actuellement, la musicothérapie est définie comme étant « une pratique de soin, d’aide, de soutien ou de rééducation qui consiste à prendre en charge des personnes présentant des difficultés de communication et/ou de relation. Il existe différentes techniques de musicothérapie, adaptées aux populations concernées : troubles psychoaffectifs, difficultés sociales ou comportementales, troubles sensoriels, physiques ou neurologiques. La musicothérapie s’appuie sur les liens étroits entre les éléments constitutifs de la musique, et l’histoire du sujet. Elle utilise la médiation sonore et/ou musicale afin d’ouvrir ou restaurer la communication et l’expression au sein de la relation dans le registre verbal et/ou non verbal ».

En définitive, on pourrait résumer la musicothérapie à ce postulat que la musique est un langage : tout ce qui est entendu ou joué a une signification. La musique devient alors un message reçu ou émis par quelqu’un ne pouvant pas passer (directement) par la parole. En effet, il est quelquefois plus facile pour certaines personnes de passer par la musique que par des mots directement car ceux-là sont chargés de sens et de connotations (voire de tabous) qui peuvent bloquer la parole. Pour d’autres personnes, une chanson sera le meilleur moyen de décrire ou de résumer ce qui se passe en elles. Pour d’autres encore qui n’ont pas accès à la parole, la musique sera alors un autre moyen de communication pour se faire comprendre. Il s’agit ensuite de décrypter le message ou de le codifier, de lui donner du sens.

Lieux d’exercice de la musicothérapie

La musicothérapie est présente dans les structures de soins (hôpitaux psychiatriques, maisons de retraite, Instituts de cancérologie, Instituts Médico-Educatifs, en maison d’accueil spécialisé, etc.), dans des structures d’éducation (en crèche, en école, etc.), dans des structures sociales (comme la prison), dans des structures de rééducation (association France Parkinson), en cabinet libéral.

La musicothérapie est pratiquée par des musicothérapeutes ayant validé une formation longue de musicothérapie par l’obtention d’un diplôme.

En pratique, quelles sont les techniques de musicothérapie ?

Hormis quelques spécificités, les techniques de musicothérapie sont multiples et innombrables, au gré de leurs créateurs. Toutefois, il existe deux techniques de base :

  • La technique active : des « outils » musicaux sont mis à disposition de la personne qui a alors un rôle à jouer. Elle devient actrice et active dans la proposition de travail. Elle produit de la musique avec des instruments (faciles d’utilisation), sa voix, son corps, ou encore son environnement qui peut être également sonore (taper sur une table, griffer la moquette, souffler sur l’extrémité d’une bouteille, etc.)
  • La technique réceptive : la personne tient une autre place et se met en position de réceptivité. Elle « reçoit » la musique, elle l’écoute. L’outil de travail va alors être le ressenti de la personne, la manière dont elle a reçu la musique en extériorisant cette expérience par des mots.

Les techniques psychomusicales, quant à elles, sont des associations de plusieurs spécialités : musique et peinture, musique et eau thermale, musique et écriture, musique et relaxation.

La musicothérapie en psychiatrie

La musicothérapie est considérée comme un outil psychothérapique sur lequel les patients peuvent s’appuyer afin de parler d’eux-mêmes. Elle peut aussi être considérée comme un outil de restructuration aidant le corps à retrouver un tonus, une consistance, ou alors au contraire de la détente. Le musicothérapeute ne travaille pas seul, il fait partie de l’équipe soignante et est en lien constant avec elle (les infirmiers, les médecins, les psychologues, les ergothérapeutes, etc). Les indications de prises en charge se font en concertation avec le médecin psychiatre référent du patient.

La musicothérapie est conseillée pour les personnes :

  • ayant des difficultés à s’exprimer directement par la parole,
  • ayant une sensibilité particulière à la musique : aucune compétence musicale n’est requise mais si la musique est un besoin, un exutoire, ou encore un hobby de prédilection dans la vie du patient, alors la musicothérapie est à privilégier,
  • ayant des difficultés de coordination,
  • ayant des douleurs chroniques.

Les séances basées sur l’écoute de musiques, la création musicale, le chant, ou sur le corps en résonnance, peuvent être réalisées en groupe comme en individuel. Les séances de groupe sont d’une durée moyenne d’une heure et les séances individuelles de 30 minutes environ.

Auteur: Caroline PEGLIASCO

Pour en savoir plus :

Lecourt E. (1988). La musicothérapie. Paris : Presses Universitaires de France.

Fédération Française de Musicothérapie

Centre International de Musicothérapie

Association Française de musicothérapie

Registre national des musicothérapeutes affiliés à la FFM