Les troubles bipolaires

Les troubles bipolaires

Le grand huit des émotions et de l’humeur. C’est ainsi qu’on peut probablement décrire en quelques mots cette maladie qui affecte suivant les études entre 1,5% et 5% de la population. Ainsi les troubles bipolaires font partie des troubles psychiques les plus courants. Pourtant seule une minorité des malades reçoit un traitement spécifique car souvent la maladie n’est pas diagnostiquée ce qui n’est pas sans conséquences et représente même un réel danger pour la vie de la personne. Chez les patients souffrant d’un trouble bipolaire et d’une addiction, le risque de passage à l’acte suicidaire est très élevé. Et les chiffres montrent que 15% des personnes décédées par suicide étaient bipolaires.

Les personnes qui souffrent d’un trouble bipolaire vivent dans les extrêmes de l’humeur, de l’émotion et de l’action. Une ivresse d’émotions et de plaisir, une énergie débordante, des idées géniales qui défilent, pas besoin de dormir, aucune sensation de fatigue, de l’énergie pour changer le monde, ici, maintenant, tout de suite, et bien évidemment tout le monde se doit de participer à leur vaste entreprise. C’est la manie, c’est l’enthousiasme de la manie qui va être caractéristique d’un des extrêmes du trouble bipolaire.

A l’autre extrême, on verra des jours d’une tristesse profonde, sans excitation sexuelle, sans plaisir, sans énergie, mais avec des angoisses, un pessimisme, une perte d’élan vital et des idées suicidaires.

Cette maladie est responsable d’une souffrance énorme pour la personne concernée ainsi que pour son entourage. Elle est souvent aussi non diagnostiquée dans les premières années (la moyenne du retard de diagnostic est de 8 à 9 ans). La personne et ses proches n’ont pas forcément conscience de son déclenchement ni de sa progression et ne consultent pas. Pour le médecin, les symptômes sont assez proches d’autres troubles psychiatriques… Et pourtant c’est une maladie qui dès qu’elle est identifiée est très bien prise en charge.

Qu’est-ce le trouble bipolaire ?

Le trouble bipolaire qu’on appelait auparavant psychose maniaco-dépressive est une maladie potentiellement sévère et nécessitant un traitement médical.

Tout le monde connaît des variations de l’humeur. On n’est pas content si on a raté quelque chose ou si l’on se trouve dans une situation de rupture non désirée. Et on est content quand au travail par exemple on reconnaît nos compétences. Ces variations de l’humeur sont tout à fait normales et adaptées aux changements perpétuels de la vie. En contraste à ces variations normales, chez les patients souffrants d’un trouble bipolaires, ces changements thymiques sont exagérés et peu adaptés à la situation de vie. Souvent ils surviennent sans lien avec le contexte, ou ils persistent très longtemps après l’événement à l’origine de la contrariété ou de l’euphorie. Ainsi l’humeur développe une dynamique propre indépendante du contexte de vie.

Les troubles bipolaires regroupent plusieurs maladies de l’humeur. Ce qui les différencie par rapport à d’autres troubles de l’humeur comme la dépression unipolaire (une seule humeur = triste), c’est essentiellement la bipolarité de la variation pathologique de l’humeur (le grand 8 de l’humeur).

On distingue le trouble bipolaire de type I qui est marqué par des épisodes maniaques qui alternent avec des épisodes dépressifs. Pour pouvoir parler d’une épisode maniaque, il faut que cet épisode dure (sans traitement) au moins 14 jours.

Le trouble bipolaire de type II est marqué par des épisodes hypomaniaques (c’est-à-dire moins extrêmes qu’un accès maniaque) et des épisodes dépressifs.

Certains auteurs décrivent aussi le trouble bipolaire de type III et la cyclothymie. La cyclothymie est un état qui doit durer au moins pendant deux ans avec des variations importantes de l’humeur sans que pourtant tous les critères du trouble bipolaires de type I ou II soient remplis. En janvier 2015, à Zurich l’équipe de Jules Angst, un grand spécialiste de ce trouble plaide même pour rajouter une catégorie supplémentaire : le trouble maniaque unipolaire (sans épisodes dépressifs).

Le trouble bipolaire est une maladie cyclique. Mais il y a aussi des moments où l’on peut retrouver des symptômes dépressifs et de la manie en même temps. Par exemple une tension interne intense avec réduction du sommeil avec une thymie dépressive. On parle alors d’une symptomatologie mixte.

La durée des épisodes et le temps entre les épisodes peut varier entre quelques jours à des mois voire des années, ce qui rend le diagnostic parfois difficile dans la mesure où les personnes concernées ne se souviennent pas forcement avoir eu une « épisode hypomaniaque » des années auparavant. En moyenne un épisode dure si la personne ne reçoit pas un traitement adapté plusieurs mois et parfois plus d’un an. Certains malades ont plus d’épisodes maniaques, mais le plus souvent les épisodes dépressifs sont prédominants. Entre les épisodes, on peut trouver des phases de rémission complète sans signes de la maladie. La personne vit alors et peut faire face à la vie de tous les jours sans trop de gêne tant au niveau social que relationnel ou émotionnel.

Fréquemment les troubles bipolaires se manifestent entre l’âge de 20 et 30 ans, parfois bien plus tôt chez certains enfants. Cette maladie touche autant les femmes que les hommes. Cependant les femmes présentent plus d’épisodes dépressifs que les hommes et les hommes plus d’épisodes maniaques que les femmes.

Les troubles bipolaires sont des « vraies maladies » et ne concernent d’ailleurs pas seulement la sphère psychique, mais souvent aussi  la sphère somatique (physique).

Quels sont les signes de la maladie ?

La manie

Un épisode maniaque est marqué par :

Pendant les épisodes maniaques, les personnes peuvent se mettre dans des situations délicates et difficiles : achats dépassant largement leurs moyens financiers (nécessitant parfois des mesures de protection), résiliation de leur contrat de travail, promiscuité sexuelle avec des partenaires différents et le risque des maladies sexuellement transmissibles et des ruptures sentimentales consécutives, violation de la loi, etc.

Heureusement tous ces symptômes ne sont pas toujours présents en même temps chez la même personne.

L’hypomanie

Souvent les personnes dans les phases hypomaniaques sont très actives, créatives, travailleuses, parfois excentriques. Contrairement à l’épisode maniaque les personnes concernées ne dépassent pas la limite de ce qui est communément accepté par l’entourage. Pour certains, il s’agit même d’une phase très productive de leur vie. Ernest Hemingway, Virginia Woolf ou Robert Schumann ont crée une littérature d’exception ou une musique qui perdure à travers les siècles pendant ces phases. Cependant si la phase s’arrête, souvent la dépression s’installe et fige la personne. L’hypomanie n’est souvent pas vécue par la personne comme un état pathologique, mais plutôt comme un moment agréable surtout s’il arrive après un épisode marqué par la morosité.

Les signes dépressifs

Les principaux symptômes que l’on retrouve sont :

D’où viennent les troubles bipolaires ?

Les troubles bipolaires sont une maladie du cerveau qui évolue dans le contexte de vie de la personne.

La recherche qui s’intéresse aux causes des troubles bipolaires, a avancé dans plusieurs directions. Les facteurs suivants semblent participer au déclenchement de cette maladie :

Que peut-on faire ?

La prise en charge d’un trouble bipolaire doit être réalisée par un médecin. Le médecin généraliste est le premier interlocuteur, mais le diagnostic doit être posé par un médecin psychiatre.

Pour trouver un psychiatre, on peut demander à son médecin généraliste, consulter le site de l’assurance maladie, chercher des conseils auprès d’amis ou connaissances, s’adresser aux antennes locales des associations dédiées à la maladie psychique ou s’adresser directement à Centre Médico Psychologique (le CMP). Les Centres Médico Psychologiques sont « le pilier de l’offre publique de soins psychiatriques » en France à l’heure actuelle. Ce sont les structures de soins publiques et ambulatoires de proximité qui permettent de couvrir tous les besoins en santé mentale sur tous les secteurs du territoire français. On va y trouver tous les spécialistes de la santé mentale pour tous les types de prise en charge.

En France il existe aussi dans les grandes villes universitaires (CHRU) des centres d’expertise pour le trouble bipolaire. Il s’agit des Centres Experts Bipolaires qui ont été mis en place par la Fondation FondaMental

La prise en charge est basée sur un traitement médicamenteux, psychologique et parfois social.

Les traitements de références sont les thymorégulateurs (pour des informations détaillées voir  : vidal.fr). Il s’agit d’un groupe de médicaments avec des modes de fonctionnement différents. Souvent la prise de ces traitements doit s’envisager à long terme, y compris pendant les phases de rémission. La plupart des patients devrait les prendre tout au long de leur vie, ce qui est parfois difficile à accepter à cause de leurs effets indésirables.

La prise en charge d’un épisode maniaque demande selon la sévérité de la symptomatologie parfois une hospitalisation en milieu spécialisé. Mais, pour l’épisode maniaque  comme pour la plupart des situations en psychiatrie, plus tôt il est pris en charge, plus rapidement et plus facilement le malade sera soulagé de sa souffrance, et plus la probabilité sera forte d’éviter une hospitalisation.

Dans certaines situations très sévères, les malades peuvent bénéficier de la sismothérapie.

L’information et l’éducation thérapeutique ont démontré également une très grande efficacité dans la prise en charge du trouble bipolaire. Elles peuvent se révéler très positives pour le malade dans le développement de ses capacités d’auto-surveillance et de gestion de sa maladie. Si la personne arrive à être suffisamment bien informée sur les symptômes caractéristiques de sa pathologie, elle apprend à reconnaître ses propres symptômes et à être vigilante face aux signes précoces d’une recrudescence de la maladie. Si elle comprend l’utilité et les effets des médicaments qu’elle prend, elle va mieux observer son traitement et interagir efficacement avec son médecin quand cela va s’avérer nécessaire. Les résultats des actions de psychoéducations sont notables.

La psychothérapie peut être indiquée, même s’il n’existe pas de psychothérapie « curative » du trouble bipolaire. Cependant des techniques comme la méditation de pleine conscience et d’autres techniques peuvent aider à mieux gérer le stress et la « gestion » de ses propres émotions.

L’intervention sociale est nécessaire si les conséquences de la maladie ont amené la personne à des difficultés sociales et parfois à la marginalisation (ce qui est malheureusement encore trop souvent le cas).

Si le trouble bipolaire est diagnostiqué sans trop de retard, la prise en charge est souvent très efficace et peut permettre de vivre un vie sans trop de gêne, ni de handicap psychique.

Pour en savoir plus :

Vidéo de Pierre Alexis Geoffroy sur les troubles bipolaires pour la Fondation FondaMental

Les informations sur les Centres Médico-Psychologiques sont très facilement accessibles : pages jaunes, Internet, …

Fondation FondaMental : pour obtenir les adresses des Centres Experts Bipolaires :

Pour obtenir la liste des centres experts et les conditions d’accès, se référer à la rubrique « soins ».

Les associations pour avoir des contacts, des conseils, des adresses :
L’Unafam ( L’Union Nationale des Familles et Amis des Malades psychiques)

La FNAPSY (la Fédération Nationale des usagers en psychiatrie)

Brochure d’information de l’UNAFAM sur les troubles bipolaires

Site le l’Assurance Maladie où sont référencés tous les médecins, spécialités, adresses, téléphones, honoraires…


Savoir pour guérir : les troubles bipolaires, de Pierre Alexis Geoffroy

Livre Troubles Bipolaires

Ces vingt dernières années ont été marquées par des évolutions importantes dans le domaine des troubles bipolaires. Le repérage et les outils thérapeutiques médicamenteux et non médicamenteux se sont considérablement améliorés. L’implication du patient dans l’élaboration de ce programme thérapeutique est un élément déterminant pour sa bonne conduite. Ceci nécessite qu’il se « forme » à sa maladie et aux outils qui permettent de la stabiliser. L’ouvrage du Dr Pierre Alexis Geoffroy s’inscrit dans cette démarche visant à mettre à la disposition des patients et de leurs proches, les explications nécessaires à la compréhension du modèle médical appliqué aux troubles bipolaires. Ce parti pris vise également à modifier les représentations de la maladie et de ses traitements. Conçu autour des questions qui reviennent le plus souvent au cours des consultations, voilà, une boîte à outils qui permettra de mieux comprendre et donc de mieux agir.


J'ai choisie la vie Marie Alvery

« Je choisis la vie » Un livre-témoignage à lire de Marie Alvery et Hélène Gabert : "A travers nos deux témoignages de personnes vivant avec des troubles bipolaires type I et type II nous avons voulu éclairer les zones d'ombre de cette maladie méconnue et apporter un message d'espoir aux patients et à leur entourage ; celui de personnes actives et insérées dans la société".